Imprimer

La mise en marché du porc canadien

En règle générale, les prix canadiens des porcs vivants et de la viande porcine suivent le cycle nord-américain de quatre ans, qui est plus volatile que celui de la plupart des autres pays. Le prix et la disponibilité du produit changent rapidement. La demande intérieure possède des caractéristiques saisonnières marquées, tout comme les habitudes d'achat de nos principaux clients internationaux, qui ont une influence sur la disponibilité du produit.

La production et la mise en marché des porcs canadiens sont assujetties à une variation saisonnière et cyclique. Même si, au Canada, presque tous les porcs canadiens sont élevés à l'intérieur, les taux de natalité et de croissance demeurent influencés par les conditions climatiques, ce qui amène certains patrons saisonniers. En règle générale, le nombre de porcs mis en marché est plus élevé lors du premier trimestre de l'année alors que le troisième est celui où il y en a le moins. Au cours des dernières années, cette différence entre ces deux trimestres se situait aux environs de 2 %, ce qui est beaucoup moins que la situation que l'on retrouve dans un grand nombre de pays qui jouissent d'un climat plus chaud.

Même s'il n'y a pas deux cycles rigoureusement identiques, un cycle nord-américain (Canada et États-Unis) dure environ quatre ans : l'abattage est inférieur à la moyenne et le prix des porcs vivants est supérieur à la moyenne durant les deux premières années. Puis, c’est l’inverse les deux années suivantes. En général, le prix de la longe et des côtes levées atteint un sommet en été; alors que les cuisses sont beaucoup plus en demande à Noël et à Pâques.

Le porc canadien est habituellement mis en vente sous forme de coupes primaires, à savoir le soc, l'épaule picnic, le flanc, la longe et la cuisse. Il est généralement plus maigre que celui des États-Unis, surtout dans la longe et les coupes de l'épaule (picnic et soc). Le Manuel de l'acheteur de porc canadien, disponible auprès de Canada Porc International, est d’ailleurs un excellent complément d'information sur le parage et les coupes spéciales. Plusieurs variantes sont possibles pour accommoder la clientèle : Canada Porc International se fera un plaisir de fournir cette information sur demande.

Environ 50 % de tout le porc canadien est transformé en produits cuits, salés et fumés. Nos prix compétitifs et notre technologie avancée, en matière de transformation, permettent une production efficace de bacon, de jambons, de saucisses et de saucissons. De plus, le riche héritage multiculturel a amené au Canada le développement d'une très large gamme de produits à base de porc.

L'achat de porc et de produits de porc au Canada est rendu facile par la présence d'une infrastructure très efficace qui permet aux fournisseurs canadiens de bien servir leurs clients, autant au Canada qu'à l'étranger. Généralement, on peut s'approvisionner directement auprès des abattoirs et des conditionneurs ou par l'entremise d'une des nombreuses maisons de commerce qui comptent plusieurs années d'expérience dans le domaine. Le produit est généralement offert par la côte Est ou la côte Ouest, qui toutes les deux sont bien desservies en conteneurs réfrigérés. Pour les clients sur le continent, le produit est d'habitude offert en chargements complets de camions réfrigérés.

Le porc congelé, frais ou de longue conservation en lots (camions ou conteneurs) pèse environ 18 tonnes. La pratique courante est de faire une soumission pour une livraison immédiate ou à court terme pour un ou plusieurs chargements. Les soumissions à long terme ou contrats à prix fixe sont rares et il n'existe pas au Canada de programmes de subventions à l'exportation.

Pour accroître la consommation interne, l'industrie canadienne a mis en place, au cours des dernières années, une stratégie de marketing des plus efficaces pour rejoindre directement les consommateurs par la publicité ou la distribution de recettes, et indirectement par le biais de programmes ciblant des groupes influents, comme les médias, les professionnels de la santé ainsi que les secteurs de la restauration et de la vente au détail. Cette stratégie met de l’avant le fait que le porc canadien est un aliment à faible teneur en gras, sain et polyvalent. En ce qui concerne la vente au détail, des programmes ont été menés pour, d'une part, accroître le nombre et la variété de coupes de porc, surtout de nouvelles coupes à valeur ajoutée, et pour, d'autre part, instaurer de nouvelles techniques marchandes et de nouvelles présentations qui augmentent de façon significative la vente du porc et le niveau de profit.

Même si le porc s'avère être la viande la plus polyvalente, les restaurants nord-américains n'en exploitent pas le plein potentiel. Un programme complet comprenant le développement de nouveaux produits, l'introduction de nouvelles recettes excitantes et des activités de promotion a permis d'accroître de façon significative la fréquence et la variété de plats à base de porc sur les menus canadiens. Le tout a permis au porc d'acquérir une nouvelle image, moderne et dynamique.




  PRODUCTION, COMMERCE ET CONSOMMATION
DOMESTIQUE DU PORC AU CANADA DE 1985 À 2015
  Production
(tonnesx1,000)
Exportations
(tonnesx1,000)
Exportations
(% de la production)
Importations
(tonnesx1,000)
1985  1,088.42  250.81 23.0% 21.23
1986  1,093.92  271.90 24.9% 17.88
1987  1,121.80  301.09 26.8% 22.08
1988  1,181.62  318.79 27.0% 14.44
1989  1,177.15  284.81 24.2% 12.44
1990  1,123.85  297.08 26.4% 11.81
1991  1,096.23  270.24 24.7% 14.91
1992  1,207.70  295.63 24.5% 15.81
1993  1,194.32  302.95 25.4% 22.14
1994  1,229.38  301.42 24.5% 27.25
1995  1,275.76  357.04 28.0% 27.19
1996  1,227.76  372.22 30.3% 38.58
1997  1,256.70  420.19 33.4% 59.63
1998  1,393.61  433.79 31.1% 63.47
1999  1,563.87  553.71 35.4% 64.61
2000  1,639.98 656.18 40.0% 65.65
2001  1,731.13 732.57 42.3% 89.38
2002  1,857.18  876.15 47.2% 91.59
2003  1,880.74  988.59 52.6% 89.63
2004 1,934.74 983.43 50.8% 100.48
2005 1,918.46 1,102.95 57.5% 134.30
2006 1,899.66  1,093.83 57.6% 142.12
2007 1,906.72 1,044.64 54.8% 168.48
2008 1,952.61  1,147.59 58.8% 192.43
2009 1,950.14  1,142.91  58.6% 179.03
2010 1,938.22  1,179.61   60.9% 185.35
2011 1,975.34  1,222.80  61.9% 206.59
2012 2,004.42  1,263.63  63.0% 242.99
2013 1,981.46  1,257.09  63.4% 220.67
2014 1,962.76  1,226.46  62.5% 211.39
2015 2,064.33 1,251.58  60.6% 205.88

  Disparition
domestique
(tonnesx1,000)
Importations  %
de la disparition
domestistique
  Per capita
  Carcasse poids
Equivalent(kg)*
Poids au détail
(kg)*
1985  748.81  2.8%  28.98 22.02
1986  728.13  2.5%  27.90  21.20
1987  726.79  3.0%  27.48  20.89
1988  751.54 1.9% 28.05  21.32
1989  783.99  1.6%  28.74  21.84
1990  723.88 1.6%  26.14  19.87
1991  724.92  2.1%  25.86  19.65
1992  804.83  2.0%  28.37  21.56
1993  792.43  2.8%  27.63  21.00
1994  823.94 3.3% 28.41 21.59
1995  814.78 3.3% 27.81 21.13
1996  769.69 5.0% 25.99 19.76
1997  760.19 7.8% 25.42 19.32
1998  865.50  7.3% 28.70 21.81
1999 914.84  7.1% 30.09 22.87
2000  880.46 7.5% 28.69 21.81
2001 897.66  10.0% 28.94 22.05
2002 871.89 10.5% 27.80 21.13
2003 794.13 11.3% 25.10 19.07
2004 857.27 11.7% 26.84 20.40
2005 743.64  18.1%  23.06 17.53
2006 762.09 18.6% 23.40 17.78
2007 826.66  20.4% 25.14 19.10
2008 794.22  24.2% 23.84 18.16
2009 792.66  22.7% 23.57 17.91
2010  750.08 24.7 %  22.06 16.76 
2011  738.46 28.0%  21.50  16.34
2012  774.93 31.4% 22.30  16.95
2013  734.62 30.0% 20.90   15.88
2014  733.71 28.8%  20.64   15.69
2015  811.28 25.4%  22.63  17.20

Design web par Egzakt
Dernières modifications : 2017/08/24